Contraintes de projet

Nous avons trouvé un site, j’ai cerné les thématiques fortes de l’école de Dakar, j’ai appris d’un territoire déterminé par des aspects culturels, administratifs, constructifs. J’ai conscience d’une culture collective sénégalaise. Ces données peuvent être énoncées en tant que contraintes projectuelle.

 

Tout d’abord, pour ce qui concerne directement la programmation, nous devons penser le projet non pas en tant qu’objet fini, mais en tant qu’institution en devenir. Pour éviter l’échec d’un programme « clé en main » il convient de phaser de telle sorte que les possibilités d’avenir de la structure soient ouvertes. Evidemment, il convient d’établir un scénario d’un futur probable, comme hypothèse prospective.

Pour le domaine des techniques constructives, on s’attachera à des solutions en concordance avec les savoir-faire locaux. Cela ne veut pas dire utiliser exclusivement le béton comme unique horizon. Cela ne veut pas dire non plus répéter strictement des procédés largement répandus : je ne considère pas convenable la solution toit terrasse tant son efficacité en terme de protection solaire n’est pas bonne (à moins d’offrir de grandes hauteurs sous plafond, de les concevoir plantés etc.) Un besoin d’innovation en terme de matériaux et de mise en œuvre est évident.

Par exemple montré dans la troisième partie, afin d’éviter la climatisation électrique, on profitera au mieux de l’environnement pour ventiler naturellement. On emploiera une technique de couverture pas vraiment utilisée dans la région mais, facile à la mise en œuvre et qui a maintes fois prouvé son efficacité.

C’est par une analyse de l’environnement que l’on va se constituer une orientation propice, que l’on va décider d’un rapport aux réseaux, au paysage, au sol.

Au niveau programmatique on planche sur une hypothèse haute en terme de ressources humaines, de telle sorte que la clinique sera conçue comme un lieu ouvert. Ne pas en faire un lieu de détention mais un outil thérapeutique et de resocialisation, dans l’optique préconisée par l’école de Dakar.

On comprendra la nécessité architecturale d’un certain symbolisme, par exemple, l’entrée et sera mise en valeur, pour signifier l’institution. Un certain besoin de variance de typologie permettra en outre une hiérarchisation des espaces, mais aussi un signe de diversité constructive. On ne se reconstruit pas dans un univers lissé, dans une architecture ennuyeuse et sans référent culturel.

Laisser un commentaire

 

C'est possible !!! |
mutuellesante |
Envie de retrouver la ligne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Docteur Nina-Prisca
| selmab
| Atteindre les 70kg